RéalisationsQuelques exemples de réalisations...

Chantier d'isolation extérieure (ITE)

Maison de village, dans son (mauvais) état existant… avant les travaux de rénovation

Murs composés de moellons de grès, épaisseur 50 cm. A noter la présence de fissures par endroits.

Le choix de l’isolant s’est porté vers la laine de roche, isolant minéral fibreux qui préserve la respirabilité des parois (perméance à la vapeur d’eau).

Pose en cours de l’isolation extérieure. Les panneaux sont collés puis chevillés.

Les tableaux des fenêtres sont isolés pour limiter le pont thermique à cet endroit. C’est un point très important qui est malheureusement souvent négligé dans les chantiers d’isolation.

Des plots spéciaux prévus pour l’accroche ultérieure de gonds de volets battants sont insérés dans l’isolation. Ils sont en matière composite très compacte et permettent une accroche solide et dépourvue de ponts thermiques d’éléments extérieurs.

Fin du chantier d’ITE. Travaux terminés et crépis minéral réalisé…

La résistance thermique validée par l’étude thermique est d’environ 4 m².K/W

Murs isolés par l'intérieur avec finition par plâtre projeté

Préparation des murs destinés à l’isolation : création d’une ossature, ici en bois

L’isolant (ici en fibre de bois) est insérée dans l’ossature. Les panneaux doivent être parfaitement découpés pour assurer une isolation sans ponts thermiques.

Un voile d’étanchéité à l’air avec une fonction frein-vapeur est disposé sur la paroi isolée. Ces travaux doivent être réalisés très soigneusement pour éviter tout risque de condensation dans l’isolant. Une trame métallique spéciale est ensuite fixée sur la surface isolée. Cette trame servira de support au plâtre projeté.

Le plâtrier projette le plâtre liquide sur la trame métallique.

Le plâtre est lissé à la règle pour une finition impeccable !

Le plâtre projeté présente des avantages évidents : il assure l’étanchéité à l’air de l’ouvrage tout en laissant respirer les murs. Il permet par ailleurs de rattraper des défauts d’aplomb des parois verticales et s’avère nettement plus solide qu’une finition habituelle en plaque de plâtre cartonnée. Le rendu est vraiment superbe !

Couverture et aménagement de combles

Les combles perdus, que les propriétaires ont décidé d’aménager pour réaliser un espace de vie supplémentaire

La couverture en tuiles mécaniques sera remplacée. On en profite pour réaliser de nouvelles ouvertures permettant d’apporter de la lumière dans la future pièce de vie.

Isolation de la toiture en 2 couches de fibre de bois posées à l’extérieur des chevrons (méthode sarking). L’intérêt de la fibre de bois, outre son aspect écologique, est d’apporter un déphasage thermique important, améliorant ainsi le confort d’été des combles aménagés.

Percement des nouvelles ouvertures destinées à accueillir des fenêtres de toiture. La lumière, c’est la vie !

Réalisation d’une étanchéité à l’air des travaux d’isolation intérieurs. Cette phase nécessite une attention toute particulière, sinon les résultats espérés ne seront pas au rendez-vous…

Les nouvelles ouvertures ont été créées. Les poutres sont laissées apparentes et le chantier est en cours de finition. Un nouvel espace de vie se dessine pour les heureux propriétaires !

Prises de vue à la caméra infrarouge sur des bâtiments existants

Vue prise depuis l’extérieur. Il s’agit d’une maison isolée par l’intérieur : les ponts thermiques dus à la dalle intermédiaire et aux murs de refends se distingue nettement. A noter également la piètre qualité des fenêtres…

Vue prise en intérieur, dans une partie mansardée sous toiture. L’isolation a été visiblement très mal réalisée, d’où l’apparition de nombreux points froids (ici en bleu), avec les risques de condensation et de moisissures attenants. A noter le différentiel de température enregistré : dans une ambiance à 23°C, les points froids ressortent à 11°C, atteignant à coup sûr le point de rosée.

Vue extérieure d’une maison d’architecte, malheureusement truffée de ponts thermiques. De nombreux désordres sont constatés, avec des moisissures à certains endroits dans l’habitation.

Vue extérieure d’un pas de porte. On note clairement les fuites de chaleur dus à un défaut d’isolation de la dalle et à une mauvaise qualité de la porte.

Vue extérieure d’un pavillon. On note la dalle du plancher haut des combles perdus qui agit comme une ailette de refroidissement de l’habitation en évacuant massivement la chaleur !

Chantiers d'énergies renouvelables : solaire thermique, solaire photovoltaïque, chauffage aux granulés de bois

Maison basse consommation équipée de solaire thermique pour eau chaude sanitaire et de photovoltaïque pour revente au réseau électrique.

Capteurs photovoltaïque destinés à de l’auto-consommation électrique. En route vers l’autonomie énergétique !

Chaufferie aux granulés de bois et ballon tampon

Chaufferie aux granulés de bois avec soutien chauffage solaire

Capteurs solaires thermiques destinés à la production de l’eau chaude sanitaire et au soutien chauffage

Schéma de principe d’une chaufferie combinant le chauffage aux granulés de bois et le solaire thermique sur un petit collectif de 3 appartements. Le ballon tampon d’une capacité de 1.100 L devient centrale de chaleur : les capteurs solaires tubulaires sous vide (capteurs thermiques) l’alimentent en priorité en stockant les calories gratuites dans l’eau du ballon et en cas d’insuffisance, c’est la chaudière à granulés qui prend le relais. A noter que l’ECS (eau chaude sanitaire) est produite par un échangeur à plaques de façon instantanée (aucun stockage), avec un rendement et une hygiène accrus.

Installation solaire thermique équipée de capteurs tubulaires sous vide, à haute performance, pour production d’eau chaude sanitaire et soutien chauffage. Dès les beaux jours, les excédents d’énergie solaire gratuite permettent de réchauffer la piscine.

Isolation de murs et de rampants de toiture en fibre de bois

Charpente bois avant isolation

Isolation des rampants avec une fibre de bois semi-rigide, disposée entre les chevrons

Murs en parpaing avant isolation

Isolation des murs avec un complexe constitué d’une 1ère couche d’isolant semi-rigide (contre le mur) et d’une seconde couche d’isolant rigide en fibre de bois. La perspirance des parois est ainsi assurée tout en assurant un confort maximum.

Les panneaux sont chevillés à la maçonnerie

Résultat final avant l’habillage intérieur des parois.

Confort d’été et d’hiver sont assurés. Nul besoin de climatisation !

Hygrométrie parfaite avec une action régulante de la fibre de bois

 

Votre confort est notre priorité